Le nouveau nom : L’amie prodigieuse II

Naples, années soixante. Le soir de son mariage, Lila comprend que son mari Stefano l’un trahie en s’associant aux frères Solara, les camorristes qui sont en train de se débrouiller et de se détester depuis son plus jeune âge. Pour Lila Cerullo, née pauvre et devenue riche en épousant l’épicier, c’est le début d’une période de trouble: elle méprise son époux, refuse la touche, mais est obligée de céder. Elle travaille maintenant dans la nouvelle boutique de sa belle-famille, tandis que Stefano inaugure un magasin de chaussures de marque Ceroullo en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena Greco, la narratrice, poursuit ses études au lycée et est éperdument amoureuse de Nino Sarratore, qu’elle connaît depuis l’enfance et qui fréquente à présent l’université.

Quand j’arrive, les deux amies partent pour Ischia avec la mère et la belle-soeur de Lila, la voiture l’air de la mer doit l’aider à prendre des forces pour donner un fils à Stefano. La famille Sarratore est également en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino.

Le nouveau nom est la suite de L’amie prodigieuse, qui évoque l’enfance et l’adolescence de Lila et Elena. Avec force et justesse, Elena Ferrante y poursuit sa reconstitution d’un monde, Naples et l’Italie, et d’une époque, des années cinquante à nos jours, donnant naissance à une saga romanesque au soufflé unique.

L’auteur

Probablement née à Naples, ville présente dans ses romans, Elena Ferrante (un pseudonyme) vivrait selon certains en Grèce. Selon d’autres, elle serait retournée s’installer à Turin.
L’auteur refuse d’être un personnage public et ne s’est pas présentée à la remise des prix, à savoir le Prix Oplonti et le Prix Procida Elsa Morante, que son premier roman L’Amour harcelant (L’Amore molesto, 1992) avait obtenu. Celui-ci a été adapté au cinéma en 1995 par Mario Martone, avec Anna Bonaiuto dans le rôle de Delia, la fille. Roberto Faenza a adapté I Giorni dell’ Abbandono en 2005.
Elle n’accorde aucune interview, à l’exception de celle parue dans le journal L’Unitá en 2002.  Son deuxième roman Les jours de mon abandon (I giorni dell’ abbandono) est sorti en 2002.
Ferrante a également publié La Frantumaglia (2003), un recueil de lettres à son éditeur, de textes et de réponses à ses lecteurs où l’auteure parle d’elle-même, de son travail et de son observation du monde.

En 2011 a été publié le premier volume du cycle L’Amie prodigieuse (L’Amica geniale) suivi en 2012 du second volume Le nouveau nom (Storia del nove cognome). En 2013 paraît Storia di chi fugge e di chi resta, suivi en 2014 du quatrième et dernier volume, Storia della bambina perduta. La tétralogie a notamment connu un énorme succès au Royaume Uni et aux États-Unis.
En 2015, Roberto Saviano propose la candidature de son roman L’Amie prodigieuse au prix Strega, ce que l’auteur accepte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *