Le camélia de ma mère

Selon la légende, le camélia aurait été découvert par le mythique empereur de Chine Shennong qui en aurait tiré un breuvage, le thé. De Venise aux samouraïs, de Coco Chanel à «La dame aux camélias» d’Alexandre Dumas, le jardinier raconte l’histoire de cet arbuste, évoquant au passage ses souvenirs d’enfance et de sa mère.

L’auteur

Alain Baraton, né le 10 septembre 1957 à La Celle-Saint-Cloud, est le cinquième d’une famille de sept enfants. Dans sa jeunesse, il voulait parcourir le monde avec un appareil photo. N’aimant pas l’école et ses résultats scolaires étant catastrophiques, son père l’envoie de force dans un lycée horticole privé, le Centre horticole d’enseignement et de promotion (CHEP) du Tremblay-sur-Mauldre (Yvelines). Après trois années d’étude, il obtient son baccalauréat professionnel mais garde l’envie de la photographie.

Pour gagner de l’argent, il obtient en juillet 1976 un emploi saisonnier au domaine de Versailles comme caissier à l’entrée du parc. Il tombe amoureux du lieu et des vieux arbres et dès septembre devient aide-jardinier stagiaire. Il gravit alors tous les échelons jusqu’à devenir jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc du château de Versailles en 1982, âgé de seulement 24 ans. En 2009, il hérite également de la responsabilité du Domaine national de Marly-le-Roi.

Son métier consiste désormais à administrer 150 jardiniers sans toucher à une bêche ou une tondeuse. Mais malgré ses responsabilités, Alain Baraton se présente toujours comme un jardinier et non un paysagiste, ne considérant pas le terme péjoratif.

Depuis 2003, il présente une chronique chaque week-end (le samedi et le dimanche matin) sur France Inter : Jardin puis La main verte. L’émission devient Jardin d’été lors de la grille d’été. Parallèlement à ses activités radiophoniques, il écrit de nombreux articles pour la presse horticole ainsi que plusieurs livres sur les thèmes du jardinage, des plantes et/ou de Versailles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *